RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le verdict du cyberdissident Li Zhi confirme l'implication de Yahoo !

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières a obtenu une copie du verdict de Li Zhi, un ancien fonctionnaire condamné en décembre 2003 à huit ans de prison. Ce document mentionne la collaboration de l'entreprise américaine Yahoo !, ainsi que celle d'un concurrent local, Sina, avec la justice chinoise.

"Le verdict de Li Zhi démontre que toutes les entreprises du secteur de l'Internet sont mises à contribution lorsque la police enquête sur un dissident politique. Il est inacceptable que des sociétés américaines se fassent les auxiliaires d'un gouvernement qui bafoue systématiquement le droit des internautes à la liberté d'expression. Yahoo ! doit retirer au plus vite ses serveurs de contenus et d'e-mails de ce pays, avant que d'autres requêtes de ce genre ne lui soient présentées. Le fait qu'elle opère dans ce pays au travers d'un partenaire local, Alibaba, ne peut en aucun cas l'exonérer de ses responsabilités éthiques", a déclaré l'organisation.

Le verdict indique que Yahoo ! Hong Kong Ltd. et Sina Beijing ont fourni des informations permettant de confirmer que Li Zhi avait créé un compte mail sur leurs services. Il n'indique pas toutefois si le contenu des messages envoyés ou reçus par le cyberdissident a également été transmis à la justice.

Le document mentionne par ailleurs la collaboration de l'agence des télécommunications locales, qui a permis de retrouver l'adresse de Li Zhi, ainsi que son numéro de téléphone, à partir de l'adresse IP utilisée pour accéder aux boites mails Yahoo ! et Sina.

Le verdict indique ensuite que le Bureau de la sécurité nationale a versé au dossier d'accusation certains e-mails de Li Zhi, ainsi que les transcriptions de ses discussions sur des forums de http:www.Sina.com. Il cite en outre un article publié sur la page personnelle du cyberdissident, hébergée sur http://www.Muzi.com, intitulé "Pourquoi la Chine est en retard ?".

Enfin, la police chinoise s'est servie de "témoins" pour confirmer que Li Zhi faisait une utilisation subversive d'Internet. L'un d'entre eux aurait notamment révélé que le fonctionnaire lui avait demandé des conseils pour contourner la censure du Net.

Li Zhi est accusé d'avoir été en contact par le biais d'Internet avec Xie Wanjun, dirigeant de l'organisation interdite "Parti démocratique de Chine". Un formulaire permettant de devenir membre de ce parti aurait d'ailleurs été retrouvé sur son ordinateur.

Dernier Tweet :

Eaten Fish cartoonist: "I didn't have any idea that drawings were going to give me freedom one day."… https://t.co/37uAQQyBr2