RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste condamné à six mois de prison pour "diffamation"

(RSF/IFEX) - RSF proteste après la condamnation pour "diffamation" à six mois de prison de Rodrigo Fierro, du quotidien "El Comercio".

"Nous vous demandons d'exclure a priori l'énoncé d'une peine de prison en appel, si la Cour supérieure de justice devait à son tour considérer le journaliste coupable de diffamation", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de RSF, dans une lettre adressée à Fabián Jaramillo Tamayo, président de la Cour supérieure de Quito. "Cette condamnation crée un précédent dangereux pour la liberté de la presse en Equateur en encourageant les journalistes à s'autocensurer", a ajouté l'organisation qui a rappelé sa vive opposition à la pénalisation des délits de presse.

RSF a rappelé que, dans un texte adopté en janvier 2000, le Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression des Nations unies a clairement établi que "l'emprisonnement en tant que condamnation de l'expression pacifique d'une opinion constitue une violation grave des droits de l'homme".

Le 19 septembre 2003, Fierro, chroniqueur du quotidien "El Comercio", publié à Quito, a été condamné à six mois de prison pour "diffamation". La plainte contre le journaliste avait été déposée par León Febres-Cordero, ancien président et député du Parti social-chrétien (PSC, droite). Dans un article publié le 29 mai dernier, le journaliste avait accusé l'homme politique d'avoir orienté la gestion du gouvernement "au service de l'oligarchie ploutocratique qui gouverne le pays". Fierro a annoncé qu'il ferait appel devant la Cour supérieure de justice.

Dernier Tweet :

Vietnam may have released blogger Mother Mushroom but political prisoners like democracy campaigner Le Dinh Luong r… https://t.co/CnCPykRTrH