RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RSF s'inquiète de la dégradation de la liberté de la presse dans le pays

(RSF/IFEX) - RSF exprime sa vive inquiétude face à la récente dégradation de la liberté de la presse en Equateur. L'organisation condamne fermement l'assassinat de Ricardo Mendoza, chauffeur du directeur de Telesistema, Carlos Muñoz Insua, lors de l'attentat commis contre ce dernier, le 9 février 2004. RSF dénonce également les pressions subies par Radio La Luna et Radio Quito depuis plusieurs semaines.

Le 9 février, deux hommes armés ont tiré sept balles sur le véhicule de Muñoz, directeur exécutif de la chaîne de télévision nationale Telesistema, alors qu'il stationnait à un feu rouge dans la ville de Guayaquil (sud-ouest du pays). Le journaliste n'a pas été blessé, mais le chauffeur du véhicule, Mendoza, est décédé. Selon les informations diffusées par l'Agence France-Presse (AFP) le 11 février, l'attentat a été revendiqué par les Milices révolutionnaires du peuple (MRP), un groupe autodésigné comme "terroriste". Ce groupe, qui reproche à Telesistema de ne pas relayer ses communiqués, a déclaré avoir l'intention de commettre d'autres attaques, proférant des menaces envers d'autres médias et journalistes. Les MRP ont par ailleurs affirmé regretter la mort de Mendoza qui, selon leurs déclarations, n'était pas visé par l'attentat.

Tensions autour des médias critiques envers le pouvoir

Entre le 26 et le 27 janvier, Miguel Rivadeneira, directeur de Radio Quito, a reçu, à cinq reprises, des menaces de mort par téléphone. Ces menaces, anonymes, étaient liées à une interview d'un des généraux des Forces armées équatoriennes au sujet d'un possible trafic d'armes dans lequel l'armée est soupçonnée d'être impliquée.

Le 3 février, l'édition du soir de la chaîne Teleamazonas a révélé que le gouvernement aurait entrepris des démarches auprès de plusieurs administrations pour obtenir la fermeture de la radio privée La Luna, dont les déclarations critiques auraient été considérées comme calomnieuses par le président Lucio Gutiérrez et son équipe. La Luna avait fermement pris position contre l'arrestation du leader indien Humberto Cholango par les autorités en décembre 2003. La station avait largement relayé les critiques exprimées par ses auditeurs à cette occasion et lors de l'attentat perpétré le 1er février contre le président de la CONAIE (Confédération des nationalités indigènes). Le 4 février, Paco Velasco, directeur de la radio, a été convoqué au comité d'éthique de l'Association quatorienne de radiodiffusion (AER) pour s'entretenir de l'affaire. Le lendemain, le service de communication du gouvernement avait publiquement déclaré que les autorités n'avaient pas l'intention de faire fermer la radio.

Le 4 février, un document stratégique attribué aux services secrets des Forces armées équatoriennes a été diffusé auprès de divers médias et groupes politiques. Ce document comporte une sorte de "liste noire" d'éléments menaçant la stabilité du pays, parmi lesquels figurent, entre autres, la radio La Luna, la radio Visión, le quotidien "El Comercio" et les noms de plusieurs journalistes. Les Forces armées ont par la suite démenti être à l'origine de ce document.

Dernier Tweet :

Cambodia: @cchrcambodia newsletter covers the 39th session of the Human Rights Council in Geneva, where Cambodia fe… https://t.co/P8QLEWIU86