RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le journaliste Dawit Isaak toujours emprisonné après plus de huit ans de détention

(RSF/IFEX) - Le journaliste suédo-érythréen Dawit Isaak a passé, le 10 décembre 2009, son 3000e jour de détention sans procès. Aucun avocat ni personne de son entourage n'a pu lui rendre visite.

"Il est triste de constater que Dawit Isaak est toujours en prison et que le gouvernement suédois n'engage pas de plus grand effort pour exiger sa libération. La Suède devrait exhorter l'Union européenne (UE) à exercer davantage de pression sur les autorités érythréennes, en profitant justement du nouvel accord de coopération qui est en train d'être négocié," ont déclaré conjointement Jesper Bengtsson, président de la section suédoise de Reporters sans frontières et Jean-François Julliard, secrétaire général de l'organisation.

Dawit Isaak a été arrêté à Asmara, le 23 septembre 2001, pour avoir défendu la liberté d'expression du peuple érythréen, dans les pages du journal indépendant "Setit" qu'il a fondé en 1996. Depuis plus de huit ans, personne, en dehors du personnel carcéral, n'a pu voir ce journaliste. Le gouvernement d'Issaias Afeworki n'a jamais donné d'information le concernant, pas même sur son état de santé. Dawit Isaak est le seul prisonnier politique en Erythrée à être citoyen d'un pays de l'UE.

Un séminaire a été organisé, le 9 décembre, au Parlement européen, pour évoquer le cas de ce journaliste et la situation en Erythrée. Les participants, dont quatre membres suédois du Parlement, le député européen belge, Louis Michel, ainsi que le frère de Dawit Isaak, Esayas Isaak, ont souligné l'aide de 115 millions d'euros promise à un pays qui détient dans ses geôles un nombre incalculable de personnes, sans même les avoir jugées.

Le 10 décembre à 16h30, une manifestation silencieuse en l'honneur du journaliste a été organisée devant l'hôtel de ville de Stockholm. L'Union des journalistes suédois a donné des informations aux participants, mais aucun discours n'a été prononcé pour ne pas perturber la cérémonie de remise du prix Nobel qui avait lieu au même endroit.

Malgré sa population bien moindre, l'Erythrée compte le même nombre de journalistes emprisonnés que la Chine. Le pays figure au dernier rang du classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières pour 2009.

Lire le rapport sur l'Erythree

Dernier Tweet :

The 2018 Michael Elliott Award for Excellence in African Storytelling will honour an up-and-coming journalist in Af… https://t.co/qEDyWLKifc