RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Pas de répit en août pour les prédateurs des droits en Europe ou leurs victimes

Bien que le mois d'août soit traditionnellement associé à quelque congé, personne ne semble en avoir informé les pires prédateurs d'Europe: ils ont maintenu leurs mesures respectives de répression contre les journalistes, l'Internet et la société civile tout au long du mois, comme s'ils essayaient d’impressionner un nouveau patron méchant.

Le 25 juillet 2017. Des manifestants protestent contre la détention de l'activiste d'Avaaz Özlem Dalkıran et d'autres militants des droits humains devant l’ambassade de Turquie à Londres, en Grande-Bretagne
Le 25 juillet 2017. Des manifestants protestent contre la détention de l'activiste d'Avaaz Özlem Dalkıran et d'autres militants des droits humains devant l’ambassade de Turquie à Londres, en Grande-Bretagne

REUTERS/Peter Nicholls


Des accusations fallacieuses de terrorisme, d'extrémisme et d'évasion fiscale

La répression en Turquie contre les voix indépendantes, la société civile et le journalisme se poursuit. Huit des dix défenseurs des droits humains (DDH) qui ont été arrêtés lors d'un atelier de formation à Büyükada le 5 juillet sont toujours détenus; certains ont été transférés à la prison de Silivri. L'un d'entre eux, Özlem Dalkıran, a récemment envoyé une lettre ouverte à Agos Weekly, dans laquelle elle a remercié la communauté des droits internationaux pour son soutien continu:

Merci pour la splendide solidarité que nous recevons de la communauté nationale et internationale des droits humains depuis le moment où nous avons été placés en détention, nous avons pu endurer sans perdre nos forces. En aucun cas, nous n'avons perdu notre foi en nous-mêmes, dans ce que nous avons fait et dans la lutte pour les droits que nous menons, mais cela nous rend plus résilients tant que vous nous soutenez.

Pour lire la lettre complète, visitez Bianet.

La détention continue des DDH a suscité une condamnation mondiale des gouvernements et des groupes de la société civile: Zara Rahman donne un aperçu de la réaction internationale sur le site Web Global Voices. Fin août, l'ambassadeur d'Allemagne en Turquie, Martin Erdmann, a rendu visite à un autre DDH détenus (ainsi qu'au journaliste détenu Deniz Yücel).

Le Comité pour la protection des journalistes et la Plate-forme pour le journalisme indépendant fournissent des mises à jour régulières sur l'état de la libre expression journalistique sous l'état d'urgence en Turquie. L'Initiative pour la liberté d'expression en Turquie continue de donner les dernières nouvelles sur des cas individuels. D'autres membres de l'IFEX se sont concentrés sur la campagne en faveur des détenus individuels: PEN International a lancé des actions pour le compte de deux détenus Kurdes, l'artiste Zehra Doğan et l'écrivain Hasip Yanlıç; Reporters sans frontières a protesté contre l'arrestation du journaliste français Loup Bureau. Tous ces trois détenus sont confrontés à des accusations liées au terrorisme.

Le représentant de l'OSCE sur la liberté des médias, Harlem Désir, a fait une importante intervention ce mois-ci en ce rapport avec l'utilisation cynique par la Turquie des Avis rouges d'Interpol (semblable à un mandat d'arrêt international), qui ont été appliqués en Espagne pour placer en détention l'écrivain Doğan Akhanlı et le journaliste Hamza Yalçin.


OSCE media freedom
@OSCE_RFoM
J'ai écrit sur SG @INTERPOL_HQ à propos des demandes d'arrestation par #Turquie.
Interpol ne doit pas être abusé pour étouffer #LibertédExpression.


Bien qu'Akhanli ait été libéré, Yalçin est toujours détenu.

L'Azerbaïdjan semble déterminé à effacer tout vestige restant de la presse libre à l'intérieur de ses frontières. L'Institut pour la liberté et la sécurité des journalistes (IRFS) a signalé à la mi-août que la seule agence de presse indépendante du pays, Turan, avait été frappée par des accusations douteuses d'évasion fiscale (une tactique commune utilisée pour paralyser la presse en Azerbaïdjan). Les bureaux de l'agence ont été envahis par la police le 16 août et, le 25 août, son directeur Mehman Aliyev a été placé en détention préventive. Le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias a appelé à la libération immédiate d'Aliyev en disant: « Il y a toutes les raisons de croire que la détention et l'arrestation de Mehman Aliyev sont motivées par des raisons politiques ». Nils Muiznieks, commissaire aux droits de l'homme au Conseil de l'Europe, a décrit l'arrestation comme étant le « coup de grâce » aux médias libre en Azerbaïdjan:
Nils Muiznieks
@CommissionerHR

Consterné par le coup de grâce à la liberté des médias en #Azerbaïdjan: Dir agence de presse #Turan Mehman Aliyev détenu + suspension annoncée des opérations de l'agence


En Russie, il y avait des nouvelles mitigées pour le journaliste Ouzbek Khudoberdi Nurmatov (qui écrit sous le pseudonyme d' « Ali Feruz »). En 2009, après avoir été persécuté par des agents de renseignement Ouzbek, Nurmatov a demandé l'asile en Russie et a finalement trouvé un travail au journal indépendant Novaya Gazeta. La demande d'asile du journaliste a été rejetée en mai 2017 et, le 1er août, un juge a ordonné son retour en Ouzbékistan, où il risque l'emprisonnement, la torture et peut-être la mort. Toutefois, Index on Censorship, Human Rights Watch, le Comité pour la protection des journalistes et Reporters sans frontières ont demandé à ce que Nurmatov soit autorisé à rester en Russie et, le 4 août, la Cour européenne des droits de l'homme a rendu une injonction ordonnant à la Russie de ne pas déporter le journaliste jusqu'à ce que le tribunal puisse réexaminer l'affaire. Bien que la Russie se soit conformée à cette injonction, Nurmatov reste en détention, où il dit qu'il a été maltraité physiquement.
Matthew Kupfer
@Matthieu_kupfer

Journaliste Khudoberdi Nurmatov, risque déportation vers #Ouzbékistan, décrit bastonnades brutales dans prison d'Etat en #Russie


Il y a eu également des développements dans d'autres cas russes remarquables ce mois-ci. Le 10 août, le journaliste d'investigation, Alexander Sokolov (qui couvre la politique et la corruption), a été condamné à trois ans et demi dans une colonie pénitentiaire pour avoir « perpétuer les activités d'une organisation extrémiste interdite ». Le 22 août, le célèbre directeur de cinéma et critique du Kremlin, Kirill Serebrennikov, a été placé en résidence surveillée pendant qu'il fait l'objet d'une enquêté pour des accusations de fraude: ARTICLE 19 a condamné l'arrestation et a appelé la Russie à garantir le droit du directeur à un procès équitable et à une peine juste.


Droits numériques, surveillance et vie privée

La Russie continue sa guerre contre la libre expression numérique. À la fin du mois de juillet, le président Poutine a promulgué une loi interdisant des technologies qui facilitent l'accès à un Internet ouvert et des outils de communication qui protègent la vie privée en ligne. Les Journalistes canadiens pour la liberté d'expression, constatant que la loi entrera en vigueur quelques mois avant que Poutine ne se représente pour un autre mandat, ont appelé le gouvernement canadien à plaider pour la sécurité numérique dans ses relations avec la Russie et à l'appui des entreprises canadiennes de l'internet.

À fin juillet, les législateurs du Tadjikistan ont adopté une loi permettant aux agences de renseignement de surveiller les activités en ligne de leurs citoyens. Comme le note le Akhal-Tech Collective (qui écrit sur le site Web Global Voices), les agents gouvernementaux pourront maintenant conserver des enregistrements détaillés des SMS et des messages mobiles, des posts sur les réseaux sociaux et des visites des sites Web « indésirables ».

Privacy Internationale et l'ONG des droits Metamorphosis ont écrit une lettre ouverte ce mois-ci au gouvernement de la Macédoine, l'invitant à protéger le droit des citoyens à la vie privée et à s'abstenir de toute forme de surveillance massive des communications. Il y a deux ans, il a été révélé que le parti au pouvoir interceptait les télécommunications d'environ 20 000 politiciens de l’opposition, activistes et journalistes. Le scandale a fait tomber le gouvernement et une nouvelle coalition a été mise en place depuis mai 2017. La lettre ouverte demande au nouveau gouvernement de s'engager à mettre en œuvre des réformes et des protections urgentes contre la surveillance de masse.


Le genre dans le viseur

La section pour la Moldavie du Centre pour le journalisme indépendant a contribué à une campagne éducative depuis avril 2017 (« Divided by Two », divisé par deux), dont l'objectif est d'attirer l'attention sur divers aspects des questions de genre et de présenter des « modèles positifs d'hommes et de femmes dans divers domaines de la vie ». Ce mois-ci, l'accent est mis sur le sexisme dans la publicité en Moldavie, la façon dont il « détruit la dignité humaine » et comment s'en débarrasser. Le projet prend la forme de courts métrages, qui peuvent être visionnés ici.


La société civile sous pression

Les relations de plus en plus exécrables de la Hongrie avec l'UE, largement à cause de l'ancienne législation qui ciblait l'Université de l'Europe centrale et des ONG, continuent de se détériorer. À la mi-août, la Commission Venise a déclaré que certaines parties de la nouvelle loi de la Hongrie sur les universités étrangères étaient « très problématiques ». L'un des dirigeants du parti au pouvoir Fidesz de Hongrie a répondu que la commission était sous l'influence de George Soros, le philanthrope milliardaire qui finance des projets de démocratie et de droits dans l'ex-Union soviétique et qui est la cible d'une campagne de haine au vitriol qui a été promue par le gouvernement hongrois.

Des articles de presse indépendants semblent également être sous pression en Hongrie, avec les alliés du Premier ministre autoritaire Orbán qui achètent les cinq derniers journaux régionaux indépendants.

Tout comme la Hongrie, la Moldavie semble suivre les traces de la Russie en tentant d'enchainer la société civile par la malice de la législation. En juillet, le ministre de la Justice de la Moldova a rendu public un projet de loi qui imposerait de sérieuses restrictions aux ONG qui reçoivent des fonds de l'étranger et qui s'engagent dans ce que le gouvernement considère comme des « activités politiques ». Selon Freedom House, le projet de loi - s'il est adopté - restreindrait le travail d'environ 90% des ONG moldaves.

Dernier Tweet :

Thailand: Surge in defamation cases as new cybersecurity, media regulation efforts proposed https://t.co/LFf0Z5EPK5… https://t.co/F5AXWjTnZb