RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

LE GOUVERNEMENT ENTEND LÉGIFÉRER SUR LA LIBERTÉ DE L?INFORMATION

D’après une dépêche de l’Association des médias des Îles du Pacifique (PINA), le gouvernement des Îles Fidji a annoncé le 3 février son intention de faire adopter d’ici six mois le projet de loi proposé en matière de liberté d’accès à l’information. Fruit de la révision de toute la législation fidjienne sur les médias, par une commission créée par le gouvernement précédent, le nouveau projet de loi sur la liberté d’accès à l’information remplacerait la Loi sur les secrets officiels et la Loi sur la correction de la presse, qui datent de l’époque coloniale britannique. La nouvelle loi accorderait au public le droit de “corriger les erreurs dans les informations le concernant, dont dispose le gouvernement”. Celui-ci serait tenu également de publier les informations sur les activités de ses divers organismes. La PINA indique que “l’ombudsman peut aussi se voir attribuer la responsabilité de revoir les pratiques du gouvernement en matière d’information”. Selon le procureur général des Fidji, Anand Singh, qui en a fait l’annonce, les lois s’appuieront en partie sur des textes de loi similaires d’Australie et de Nouvelle Zélande. La loi d’accès à l’information s’appliquera, dit la PINA, à “tous les ministères, tous les services, tous les bureaux [... à l’exception] du Bose Levu Vakaturaga (conseil des chefs) indigène, du Président et de son bureau, des entreprises qui sont la propriété du gouvernement, du système judiciaire et des commissions d’enquête”.

L’annonce survient en dépit du fait que le premier ministre et ministre de l’Information, Mahendra Chaudry, critique constamment les médias depuis l’élection, en mai 1999, de sa coalition dirigée par le parti travailliste. Le 27 octobre dernier, Chaudry a menacé de créer un “tribunal des médias réglementé par le gouvernement, avec le pouvoir d’infliger des pénalités aux médias”. Plus récemment, Chaudry a intenté une poursuite en diffamation contre deux groupes d’éditeurs et de journalistes. L’un des journaux poursuivis, “The Fiji Times”, a déjà remporté le prix de la PINA pour la Liberté de l’information dans le Pacifique, “pour son soutien à la liberté d’expression et au droit du public d’être informé”.


Dernier Tweet :

RT @seapa: ALERT. [#Vietnam] Facebook posts critical of cybersecurity law land activist two years in jail… https://t.co/g8YJf66OgQ