Censure

Répression directe et indirecte de la parole, des livres, de la musique et autres matériaux considérés comme répréhensibles moralement, politiquement ou autrement.

405 articles

La 3e Chambre de la Cour d’appel d’Istanbul vient de relancer la procédure engagée contre le journaliste Erol Önderoğlu, la défenseure des droits humains Şebnem Korur Fincancı et l’écrivain journaliste Ahmet Nesin, pour ‘propagande terroriste’, ‘éloge d’un crime ou criminel’ et ‘apologie d’un crime’.

Au moment des faits, le site du journal ‘Correio Angolense’ venait de publier un article sur le chef de cabinet du président de la république récemment impliqué dans une affaire de détournements de fonds publics.

Le correspondant de Radio France Internationale a été violemment battu et le matériel de plusieurs journalistes a été saisi en marge d’une manifestation de l’opposition interdite par le pouvoir. Reporters sans frontières (RSF) dénonce ces violences policières et demande aux autorités de sanctionner leurs auteurs.

A la suite de la parution d’un article consacré à un système d’intimidation mis au point par la police pour censurer Twitter, le journaliste Auqib Javeed a été convoqué au poste, où les policiers l’ont interrogé pendant cinq heures, avec force menaces et coups au visage.

Le mois d’août en Afrique subsaharienne. Un tour d’horizon de la liberté d’expression, réalisé sur base des rapports des membres de l’IFEX et des nouvelles de la région, par Reyhana Masters, rédactrice régionale de l’IFEX.

Le mois de juillet en Europe et en Asie centrale: un tour d’horizon des principales nouvelles de la libre expression réalisé, sur la base des rapports des membres de l’IFEX et des nouvelles de la région, par Cathal Sheerin, rédacteur régional de l’IFEX.

Le journaliste militant et défenseur des droits humains, Azimjon Askarov, était le plus célèbre prisonnier du Kirghizistan.

Un certain nombre de manifestants ont été tués, l’internet a été perturbé et la chaîne de télévision publique attaquée, alors qu’une gigantesque manifestation antigouvernementale au Mali a tourné à la violence, avec de nombreuses violations de la liberté de la presse.

« Plus le régime djiboutien continuera de s’en prendre aux journalistes, plus les regards continueront de se porter sur ces pratiques répressives et sur cette actualité qu’il cherche de toute évidence à passer sous silence. »

Reporters sans frontières (RSF) condamne la suspension injustifiée visant une chaîne de télévision tanzanienne réputée, accusée d’avoir relayé des critiques sur la gestion de l’épidémie de coronavirus par les autorités.

Toute information “fausse” ou “inexacte” liée au COVID-19 dans les médias et sur les réseaux sociaux est désormais passible d’une amende au Tadjikistan. Selon les amendements au Code administratif, son montant peut atteindre 1160 somoni (995 €), soit environ deux fois le salaire minimum.

​Reporters sans frontières (RSF) dénonce l’instrumentalisation des mesures d’exception adoptées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus au Zimbabwe après l’arrestation de deux journalistes qui enquêtaient sur les violences subies par des membres de l’opposition.

Des associations tunisiennes exigent des autorités marocaines qu’elles libèrent Raïssouni et qu’elles mettent un terme à la criminalisation de la liberté d’expression et de la liberté de de presse.

Reporters sans frontières (RSF) recense une quinzaine de cas de harcèlement judiciaire et policier depuis les quatre dernières semaines, pour l’essentiel en lien avec la couverture du coronavirus.

L’organe recommande la réhabilitation de Rocil Otouna sans délai et dénonce dans ses conclusions “l’interventionnisme”, les “mesures arbitraires” et la “censure exacerbée” de la part de l’autorité de tutelle sur la télévision publique congolaise.

« Le harcèlement et les intimidations visant systématiquement les journalistes swazis qui osent critiquer le roi ou l’action de son gouvernement font peser de lourdes menaces sur la production d’informations indépendantes. »