Les droits humains par ces temps de COVID-19 : ne pas perdre de vue l’objectif
Articles récents en International
Des Iraqiens en un cortège funèbre de Yussef Sattar, un journaliste tué alors qu’il couvrait une manifestation, à Bagdad, le 21 janvier 2020, AYMAN HENNA/AFP via Getty Images

Sur l’ensemble des journalistes tués en 2020, 84 % ont été sciemment visés et délibérément éliminés. Si le nombre de journalistes tués sur les terrains de guerre continue de diminuer, de plus en plus sont assassinés dans des pays en paix.

Prudents, mais pas muets

Le réseau IFEX est prêt à accueillir l’année 2021 à bras ouverts ! Mais revenons d’abord sur l’année 2020, une année exceptionnelle pour plusieurs raisons.

Dans son enquête mondiale annuelle, le Comité pour la protection des journalistes a recensé au moins 274 journalistes emprisonnés à cause de leur travail au 1er décembre 2020. La Chine a été le pire geôlier au monde pour la deuxième année consécutive. Elle est suivie par la Turquie, l’Égypte, et par l’Arabie saoudite.