RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Deux autres journalistes assassinés

Trois journalistes honduriens ont été tués ce mois-ci dans des attentats meurtriers. Un radiojournaliste a été abattu le 11 mars tandis qu'il rentrait chez lui en voiture, selon ce que rapportent le Comité pour la libre expression (C-Libre), la Société interaméricaine de la presse (SIP) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Et le 16 mars, c'était au tour du chef de la salle des nouvelles d'une station de télévision d'être criblé de balles pendant qu'il circulait en voiture, rapportent C-Libre, Reporters sans frontières (RSF) et d'autres membres de l'IFEX. Ces récents assassinats sont survenus après le meurtre d'un journaliste le 1er mars.

Le journaliste Nahúm Palacios Artiaga, 34 ans, a été atteint de plus de 20 projectiles tirés par les occupants de deux voitures arrivées à la hauteur de son véhicule dans la ville de Tocoa. Palacios Artiaga travaillait pour la station de télévision Canal 5 et avait déjà couvert les questions de trafic de drogue, de violence, de politique locale, de même qu'un conflit agraire entre des propriétaires fonciers et des paysans. Il avait reçu des menaces la semaine dernière, qui le mettaient en garde de « cesser de défendre les pauvres ». Lors du coup d'État de l'an dernier, la police militaire avait effectué un raid au domicile de Palacios Artiaga, l'avait agressé et avait aussi confisqué son équipement à cause de sa couverture critique du coup d'État.

Des individus armés ont abattu le journaliste David Meza Montesinos, reporter à la station de radio locale « El Patio », et du radiodiffuseur national « Radio América », tandis qu'il circulait en voiture dans la ville côtière de La Ceiba. Meza Montesinos couvrait le trafic de drogue et le crime organisé et avait reçu dernièrement au téléphone des menaces de correspondants inconnus qui lui reprochaient ses reportages. Meza Montesinos, qui avait 51 ans, travaillait depuis 30 ans pour « El Patio ».

Le 1er mars, le reporter Joseph Hernández Ochoa était assassiné dans la capitale, Tegucigalpa, dans des circonstances similaires.

Le 15 mars, des journalistes ont manifesté en signe de protestation à San Pedro Sula, pour exiger que les autorités fassent enquête sur ces meurtres, dit C-Libre.

Dernier Tweet :

Cambodian groups seek revocation of new online directive ahead of elections https://t.co/cxlLVkAVEF "These latest g… https://t.co/E9VBjhward