RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste de la presse électronique est assassiné

Un journaliste de la télévision hondurienne, qui couvrait les affaires de corruption et les questions environnementales, a été abattu le 14 juin dans l'est du pays, selon ce que rapportent le Comité por la Libre Expresión (C-Libre), la Société interaméricaine de la presse (SIP) et d'autres membres de l'IFEX.

Luis Arturo Mondragón Morazán était directeur de la station « Canal 19 » et de l'émission d'informations « Teleprensa ». Deux hommes l'ont attendu à l'extérieur de la station de télévision située à El Paraíso et ont ouvert le feu sur lui à quatre reprises. La police locale indique que le meurtre n'était pas relié à son travail.

Mondragón Morazán avait reçu cependant des menaces de mort après avoir rapporté des affaires de corruption impliquant des fonctionnaires et des politiciens locaux, selon la SIP.

« L'absence de tout lien avec l'activité journalistique de la victime - si elle est confirmée - ne devrait pas détourner l'attention de la violence politique qui mine le pays depuis le coup d'État de juin 2009 et ses conséquences tragiques pour la liberté de la presse, et du fait que l'impunité continue d'être la règle », dit Reporters sans frontières (RSF). Des journalistes, tant ceux qui appuient les dirigeants du coup d'État que ceux qui s'y opposent, ont été menacés et assassinés.

Dernier Tweet :

This Thursday at #HRC38 our member @ADHRB is hosting a side event examining Saudi Arabia's regional and domestic ri… https://t.co/xtxiqziTsa