RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste est torturé dans un « assassinat ciblé »

Le cadavre de Faisal Qureshi, un journaliste pakistanais qui travaillait pour la publication en ligne britannique « The London Post », a été retrouvé à son domicile de Lahore le 7 octobre, selon ce que rapportent l'Institut international de la presse (IIP), Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Les organisations indiquent que le journaliste de 28 ans a eu la gorge tranchée et que son corps portait des marques de torture. Selon le frère de Qureshi, Zahid, le journaliste avait reçu des menaces de mort de la part d'individus se disant du Mouvement Muttahida Quami, troisième parti politique en importance au Pakistan. Le « London Post » avait publié une série d'articles d'enquête sur les liens entre le MQM et le terrorisme et le recours à l'assassinat, et qui remettaient en question les déplacements suspects de son dirigeant qui vit en exil à Londres.

Le CPJ qualifie le Pakistan de « pays le plus meurtrier du monde en 2010 », et constate qu'il se classe au « dixième rang à l'Index mondial de l'Impunité dressé par le CPJ, qui met en lumière les pays où les journalistes sont régulièrement assassinés et où les autorités négligent de résoudre ces crimes ».

Soulignant également le danger pour les journalistes au Pakistan, RSF ajoute que « cette année, des journalistes ont été menacés, attaqués, enlevés, torturés et assassinés par des extrémistes religieux, par les Talibans, par les séparatistes, les agences de sécurité, les soldats, la police et les mouvements politiques ».

En 2011, au moins huit journalistes ont été tués au Pakistan en représailles à leurs reportages, dit RSF.

Dernier Tweet :

Au Cameroun, la législation anti-terroriste est utilisée pour réprimer la dissidence https://t.co/XOx0m6ml4P… https://t.co/MWU4f3VhdU