RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Trois journalistes tués en une semaine

Trois journalistes philippins ont été assassinés dans les derniers jours du mandat de la Présidente sortante Gloria Macapagal-Arroyo, selon ce que rapportent le Centre pour la liberté et la responsabilité des médias (Center for Media Freedom and Responsibility, CMFR), basé à Manille, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et d'autres membres de l'IFEX. Le règne de la présidente aura été emblématique de l'impunité et des assassinats dans le milieu des médias.

Tout a commencé lorsque deux radiojournalistes ont été tués en deux jours. Le 14 juin, Desidario Camangyan a été assassiné tandis qu'il animait un concours de chant à Manay, région administrative de Davao Oriental. Le tueur l'a abattu d'une balle à l'arrière de la tête alors que le journaliste était assis sur le plateau, puis s'est enfui. Les journalistes locaux disent croire que le meurtre est relié au travail. Camangyan et ses collègues avaient couvert la coupe de bois illégale pendant presque un mois, et avaient reçu des menaces. Il avait en outre fait campagne en faveur du maire sortant de Mati City, la capitale provinciale, lors des élections de mai.

Le lendemain, Jovelito Agustin était abattu de quatre projectiles par deux hommes circulant à motocyclette à Laoag City, région administrative d'Ilocos Norte. Il a succombé à l'hôpital le 16 juin. L'émission d'affaires publiques d'Agustin traitait des problèmes de la province et des élections. Il était connu pour le franc parler de ses commentaires en ondes contre la corruption des milieux officiels, et il avait reçu des menaces de mort dans les semaines précédant son assassinat. Le 7 mai, sa maison avait été criblée de balles.

Puis, le 19 juin, un reporter de l'hebdomadaire « The Kastigador », Nestor Bedolido, a été assassiné par des individus armés à Digos City, région administrative de Davao del Sur. Il a été atteint de six projectiles au moment où il achetait des cigarettes. Le fils du journaliste a déclaré au « Philippine Daily Inquirer » qu'il pensait que le meurtre était de nature politique; il a ajouté que son père avait travaillé pendant les élections comme rédacteur pour le compte de Claude Bautista, qui était candidat au poste de gouverneur. Un journaliste local a dit que Bedolido pourrait avoir été tué parce qu'il publiait des articles dénonçant un politicien de Davao del Sur.

« Le meurtre de trois journalistes en une semaine souligne l'urgence, pour le Président-élu Benigno Aquino, d'agir afin de renverser cette tendance odieuse des assassinats de journalistes aux Philippines », dit le CPJ.

Dernier Tweet :

الخطاب السياسي ليس جريمة: نداء عاجل لوقف محاكمة زعيم المجتمع المعارض الشيخ علي سلمان https://t.co/iJwdb8hMg1