RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Trois journalistes sont tués; un kamikaze frappe au coeur de l'avenir du pays

Des centaines de Somaliens ont défilé dans les rues pour protester contre l’attentat suicide meurtrier de la semaine dernière à Mogadiscio.
Des centaines de Somaliens ont défilé dans les rues pour protester contre l’attentat suicide meurtrier de la semaine dernière à Mogadiscio.

via AP

Un kamikaze vêtu en femme s'est fait sauter lors d'une cérémonie de remise de diplômes universitaires le 3 décembre à Mogadiscio, tuant trois journalistes somaliens et au moins 25 autres personnes, selon ce que rapporte le Syndicat national des journalistes somaliens (National Union of Somali Journalists, NUSOJ). Cette tragédie a poussé vingt-six membres de l'IFEX à unir leurs voix à celle du NUSOJ et à lancer un appel conjoint à la justice.

L'explosion a détruit l'Hôtel Shamo où se déroulait une cérémonie de collation des grades d'étudiants en médecine de l'Université de Banadir, tuant en outre trois ministres du Gouvernement fédéral de transition, indique l'action conjointe.

L'assassinat d'autant d'officiels de haut rang montre la faiblesse du gouvernement, affirment les dépêches. Les insurgés sont forts militairement mais n'ont pas un grand appui dans la population. Toutefois, « le gouvernement n'a pas d'idées, n'a pas de plan, n'a rien », a déclaré au « New York Times » un conseiller des Nations Unies en Somalie.

Mohamed Amin Adan Abdulle, 24 ans, reporter à Radio Shabelle, et un caméraman de Al-Arabia TV, Hassan Zubeyr Haji Hassan, ont été tués sur le coup. L'arrangeur et caméraman pigiste Yaasir Mario a également perdu la vie. Amin est le quatrième journaliste de Radio Shabelle à mourir cette année, rappellent des membres de l'IFEX.

Cinq autres journalistes ont été victimes de l'attentat. Le photographe Omar Farouk, de Reuters, et Abdulkadir Omar Abdulle, reporter à Universal TV, sont dans un état critique à l'hôpital. Mohamed Aweys Mudey, de Somaliweyn Radio, Mohamed Abdi Hussein de Hurmo Radio et Khalid Maki Banadir de Universal TV ont en outre été blessés.

Selon les dépêches, le doyen de l'École de médecine de Mogadiscio et au moins 10 étudiants ont été tués, dans un pays où sévit une cruelle pénurie de médecins. L'Hôtel Shamo est situé dans le quartier de la capitale que contrôle le gouvernement, et constitue le port d'attache des rares Occidentaux qui veulent visiter la ville.

« Nous ne pouvons plus affronter ce degré de violence », a déclaré à Reporters sans frontières un ancien journaliste de Radio Shabelle basé à Mogadiscio (RSF). « La plupart de mes collègues maintenant veulent cesser de travailler parce que c'est devenu trop dangereux. »

Le nombre des journalistes tués dans le pays en 2009 est maintenant de neuf. Les signataires de l'action conjointe de l'IFEX appellent la communauté internationale à assurer la protection des citoyens somaliens, y compris les journalistes, qui doivent affronter la terreur et les violations des droits de la personne dans l'exercice de leur travail. L'action exige aussi la justice et demande la fin de l'impunité à grande échelle en Somalie. La Mission de l'Union africaine pour la Somalie (African Union Mission for Somalia), les Nations Unies et la communauté mondiale doivent agir afin de rétablir la sécurité et la stabilité, et assurer la libre expression en Somalie, dit l'action conjointe.

Cette longue histoire de répression a poussé plus de 30 médias somaliens indépendants à signer en novembre une déclaration conjointe dans laquelle ils demandent l'établissement d'un centre de formation et de solidarité pour les reporters, annonce le NUSOJ. Le centre aurait pour mission de documenter le harcèlement, les arrestations arbitraires, l'incarcération et la torture des journalistes, et amasserait les preuves afin de contester l'impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes.

Les journalistes de Somalie ont décidé également de créer un collectif de médias destiné à aider les médias indépendants à diffuser les nouvelles, rapporte le NUSOJ. Afin de limiter le contrôle des factions en guerre, plusieurs stations de radio ont l'intention de partager leurs nouvelles. Un programme de formation pour développer les compétences des professionnels des médias fait aussi partie du plan d'acquisition d'une capacité d'intervention.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

مصر: الاتحاد الدولي للصحفيين يكرر مطالبته بالإفراج عن الصحفي محمود حسين https://t.co/VBZDyA9opy @IFJGlobal