RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROTESTENT CONTRE LES AUDIENCES SUR LE RACISME DANS LES MÉDIAS

Selon l’Association mondiale des journaux (AMJ) et ARTICLE 19. la Commission sud-africaine des droits de la personne, qui a cité plus de trente directeurs de publications et journalistes à comparaître à des audiences sur le racisme dans les médias, présente “une menace très réelle à la liberté d’expression et à l’indépendance de la rédaction”. Au moins six directeurs de publications et journalistes, de 24 organes d’information, ont reçu de la Commission l’ordre de comparaître devant les tribunaux, sous peine d’amendes ou de six mois d’emprisonnement. Le Centre européen du journalisme (CEJ) rapporte que le rédacteur en chef du “Financial Times”, Richard Lambert, figure au nombre des personnes assignées à comparaître, ce qui fait de lui à ce jour le premier rédacteur en chef d’une publication étrangère à devoir se présenter devant l’enquête. L’AMJ et ARTICLE 19 précisent que si le racisme constitue un problème bien réel dans les médias, auquel il faut s’attaquer, la Commission n’est pas pour autant l’organisme approprié pour s’en occuper. Pour ARTICLE 19, à part le discours haineux, déjà interdit par les lois nationales et internationales, “la garantie de liberté d’expression offerte en vertu des droits national et international interdit aux corps publics de recourir à des moyens coercitifs pour imposer des normes aux journaux, y compris en matière de tolérance”. L’AMJ insiste pour que l’on s’attaque à la question du racisme dans le cadre plus large des “dispositions juridiques existantes, qui s’appliquent à tous les citoyens de la société, et que des mesures particulières ne s’appliquant qu’aux médias constitueraient un empiètement de la liberté de presse”.

Le Forum national des directeurs de publications d’Afrique du Sud (SANEF) qualifie ces assignations d’“atteinte à la disposition de la Constitution sur la liberté fondamentale des médias”, et a rencontré la Commission pour débattre de cette question. Pour sa part, comme solution de rechange, ARTICLE 19 recommande à l’Afrique du Sud de s’attaquer à la question du racisme dans les médias en recourant à un autre mécanisme et à d’autres lignes directrices, par exemple celles que la Fédération internationale des journalistes (FIJ) a formulées. La FIJ compte des membres dans plus de cent pays, et ses lignes directrices invitent les journalistes “à faire tout en leur possible pour éviter de contribuer au racisme”. Entre-temps, l’AMJ et ARTICLE 19 pressent tous les médias et tous les citoyens d’Afrique du Sud d’assumer leurs responsabilités et d’éviter toute forme de discrimination raciale.


Dernier Tweet :

Burma: Three arrested journalists of Eleven Media are still in detention after writing about an alleged fund misman… https://t.co/NzlKZNsZWv