RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un mandat d’arrêt est lancé contre les auteurs présumés du meurtre de Deyda Hydara

Deyda Hydara
Deyda Hydara

MFWA

Cet article a été initialement publié sur mfwa.org le 19 mai 2017.

La cour des magistrats de Banjul, dans la capitale de la Gambie, a émis un mandat d’arrêt contre les auteurs présumés du l’assassinat de l’éminent journaliste Gambien Deyda Hydara, fondateur du journal indépendant le Point.

La cour a ordonné un mandat d’arrêt contre un ancien Commandant de l’Armée – Kawsu Camara – et le Major Sanna Manjang, l’assassin présumé (populairement connu sous le nom de jungler) sous le régime de l’ancien dictateur Yahya Jammeh.

Le Magistrat Principal de la Cour, Isatou Janneh-Njue, a émis le mandat d’arrêt après la plainte de la police du meurtre d’Hydara par les deux personnes pour leur arrestation.

Deyda Hydara, l’éditeur d’alors du journal le Point et un critique reconnu de Yahya Jammeh, a été la cible de tir des assaillants inconnus dans son véhicule sur son chemin de retour de travail le 16 Décembre 2004. Avant sa mort, Hydara était le président de l’Union de la Presse Gambienne (GPU) et a dirigé les efforts de plaidoyer contre les restrictions législatives sur la liberté de la presse dans le pays.

Après l’assassinat d’Hydara, l’Etat a ouvert une enquête qui a été clôturé après 22 jours. Aucune arrestation n’a été faite et personne n’a été tenue responsable pour le meurtre. Le gouvernement a rendu en silence les médias qui ont parlé du meurtre d’Hydara et a aussi tenté de le vilipender. Dans une interview sur la station nationale – Gambia Radio and Televisions Stations (GPRTS) – le 9 Juin 2009, l’ancien président Yahya Jammeh a dit que l’horrible meurtre d’Hydara était le «résultat d’une revanche personnelle d’un mari jaloux dont la femme a commis un adultère avec Hydara .»

Le 23 Novembre 2011, la famille d’Hydara s’est jointe à la Fédération Internationale des Journalistes d’Afrique pour porter plainte devant la Cour de la CEDEAO contre la Gambie.

Au procès, le Capitaine Lamin K.Saine, un officier supérieur de la NIA qui était le chef de l’équipe qui a conduit les enquêtes sur le meurtre d’Hydara, a témoigné au nom de l’équipe d’investigation. Il a défendu les enquêtes de la NIA et a dit que cela été prompte, Independent, et que la NIA a inclus la famille. Saine a aussi admis que la NIA avait dédié seulement 22 jours pour investiguer sur le meurtre d’Hydara.

Le 10 Juin 2014, la Cour a condamné l’Etat de la Gambie coupable d’échec d’investigation appropriée sur le meurtre d’Hydara. La Cour a ordonné à l’Etat Gambien de payer $50 000 en dommages causés à la famille d’Hydara et $10 000 de frais de tribunal. L’Etat ne s’y est pas encore conformé au verdict de la Cour.

La MFWA salue l’information selon laquelle un mandat d’arrêt a été émis contre les suspects et espère que ceci est un pas en avant pour que justice soit faite à Hydara et sa famille.

Dernier Tweet :

Condenan a 30 años de prisión al asesino del periodista Danilo López https://t.co/EgrNmUYKzM @ObserCerigua… https://t.co/LxTcH4EcEp