RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RSF condamne l'assassinat de Theo Van Gogh

(RSF/IFEX) - Theo Van Gogh, réalisateur, écrivain et chroniqueur, a été assassiné le 2 novembre 2004, à Amsterdam. Cette personnalité contestée, connue pour ses prises de position virulentes et provocatrices, avait reçu des menaces de mort suite à la diffusion à la télévision de son film sur l'islam.

"Nous sommes horrifiés par cet assassinat. Personne ne mérite de mourir pour avoir exprimé ses idées, aussi choquantes soient-elles", a déclaré RSF.

Theo Van Gogh a été abattu de plusieurs balles et poignardé en pleine rue, dans l'est d'Amsterdam, le 2 novembre. Son assassin présumé, un jeune homme de 26 ans qui possède la double nationalité néerlandaise et marocaine, a été arrêté par la police le jour même. Le suspect a été présenté par le ministre de l'Intérieur, Johan Remkes, comme proche des islamistes radicaux. Le réalisateur avait suscité la controverse avec un court-métrage intitulé "Submission", qui dénonçait avec virulence l'oppression des femmes par la religion musulmane. Dans le film, dont le scénario avait été écrit par une parlementaire libérale d'origine somalienne, Ayaan Hirsi Ali, une femme musulmane voilée racontait les violences infligées par son mari et sa famille. Le corps nu de l'actrice, couvert de versets du Coran, apparaissait par moments sous un voile transparent.

Van Gogh avait reçu des menaces de mort après la diffusion du film à la télévision, fin août, et venait d'achever un film sur l'assassinat du leader populiste Pim Fortuyn, en 2002. Le procureur Leo Wit a déclaré qu'il n'y avait cependant "pas d'informations sur des menaces concrètes qui auraient justifié une protection personnelle au cours des derniers mois".

Van Gogh tenait par ailleurs une chronique dans le quotidien néerlandais "Metro". Il avait réalisé une vingtaine de films, écrit trois livres et collaboré à de nombreux médias.

Près de 20 000 personnes, dont de nombreux musulmans, ont participé, le 2 novembre dans la soirée, à Amsterdam, à un rassemblement à sa mémoire.

Dernier Tweet :

The Formula One Group disregards its human rights commitments and overlooks grave rights abuses in #Bahrain. Some o… https://t.co/hQcgkFxCD9